Blog

Mise en avant

Coronavirus : l’heure est à la solidarité et à la protection de toutes et tous pour endiguer l’épidémie !

Syndicat national de l’administration scolaire universitaire et des bibliothèques
Fédération syndicale unitaire

Pour endiguer l’épidémie de COVID-19 qui se répand dans le pays, la meilleure protection réside dans ce que les scientifiques appellent la « distanciation sociale » et dans les mesures et gestes barrières !


Le développement de l’épidémie s’accélère !


L’heure est à la solidarité et à la mise en protection !


Assez de confusion !

Ces 5 derniers jours, la crise sanitaire créée par le coronavirus s’est aggravée et la France a basculé dans une situation inédite !

La fermeture au public des écoles, des collèges, des lycées, des universités, des bibliothèques, des services doit aussi aboutir à des fonctionnements à effectifs les plus restreints possibles pour assurer la continuité de service nécessaire, rien de plus ! 

C’est simplement une question d’organisation pratique de la « distanciation sociale », incontournable pour faire reculer l’épidémie. C’est simplement le devoir de protection des personnels !

Ce qui peut être organisé en télétravail doit l’être sans délai.
Ce qui ne peut pas doit être réduit au strict nécessaire.
Les collègues en autorisation spéciale d’absence pour garde d’enfants ne peuvent être sommés d’avoir en plus à organiser un télétravail.

L’intérêt général dicte donc de demander aux personnels dont la présence n’est pas requise pour des tâches immédiates et de première nécessité pour la continuité du service de rester chez eux !
Il s’agit là aussi d’un acte pratique de solidarité que de se protéger soi pour protéger les autres.


Pour les personnels dont la présence physique est requise sur le lieu de travail pour assurer la continuité de service minimale et nécessaire, il est impératif qu’ils bénéficient des conditions de protection et d’hygiène renforcées nécessaires (distances suffisantes entre les postes de travail, nécessaire de nettoyage des postes et outils de travail, gants, masques, gel hydroalcooliques, etc…)

Le SNASUB-FSU demande que les situations financières et sociales des personnels soient préservées tout le temps de l’épidémie et des mesures de confinement qui viennent d’être annoncées : pas de jour de carence appliqué en cas de maladie, pas de retenue sur salaire de quelque nature que ce soit, pas d’interruption, de non-renouvellement ou de fin de contrat pour les personnels non-titulaires…

La communication ministérielle a semé la confusion entre jeudi et dimanche après-midi. Le résultat est que ce lundi matin, services et établissements ont dû rattraper ce temps perdu en impréparation et en cafouillage !

Assez tergiversé !

Tout ce qui est hasardeux doit être stoppé sans délai ! Les effectifs doivent être réduits au juste nécessaire pour assurer la continuité immédiate de service et les missions soutenant l’investissement des personnels soignants ou la recherche sur le coronavirus.

  • En cas de difficulté à faire valoir votre droit à vous protéger pour protéger les autres,
  • en cas d’exigence zélée vous demandant de vous déplacer pour venir au travail sans motif immédiat de continuité du service,
  • en cas de situation de travail ne respectant pas les conditions d’hygiène et de sécurité nécessaire,
prenez contact avec les représentant-es du SNASUB-FSU de votre section académique ou d'établissement,
 ou adressez un courrier électronique à : snasub.fsu@snasub.fr

Pour argumenter sur la contre réforme des retraites lors des repas de famille.

L’argument de « l’augmentation de l’espérance de vie » est le plus souvent avancé pour justifier les contre réforme des retraites des gouvernements néo-libéraux successifs

L’argument de « l’augmentation de l’espérance de vie » est le plus souvent avancé pour justifier les contre réforme des retraites des gouvernements néo-libéraux successifs. Voici comment le démonter entre la poire et le fromage avec la démonstration ci-dessous.

La lettre aux Français de Raffarin
Le faux argument de l’augmentation du nombre de retraités.

La retraite : ça fait longtemps qu'elle est attaquée !

A l’origine en 1981

  • Retraite à 60 ans
  • 37,5 années de travail pour un taux plein de 75 %
    • du dernier salaire pour les fonctionnaire
    • du salaire des 10 meilleures années pour le privé

Contre réforme 1

  • Pour le privé
    • Retraite calculée sur le salaire des 25 meilleures années
    • Passage à 40 années de travail pour un taux plein

Contre réforme 2

En 2003, le gouvernement Raffarin diffuse une Lettre à tous les Français pour défendre la loi Fillon sur réforme des retraites.

  • Pour les fonctionnaires
    1. Passage à 40 années de travail pour un taux plein
    2. RAFP (Retraite Additionnelle de la Fonction Publique)

L’effort de communication est énorme, il n’y a eu que 4 « lettres aux Français » envoyées sous la 5ème république.
Il essaye de convaincre les Français sur la base d’un raisonnement arithmétique pour stopper toute contestation. Pour illustrer ce raisonnement, il utilise le schéma ci-dessous :

Cela semble effectivement imparable, mais ce que le schéma du gouvernement Raffarin n’intègre pas, c’est le gain de productivité des actifs. La démonstration dans la vidéo ci-dessous (Merci à Franck Lepage et Gaël Tanguy). La version pour les repas de famille ici

La Réforme des Retraites en 2010

Contre réforme 3

  • Recul de l’âge légal de 60 à 62 ans
  • Suppression de la bonification d’un an pour enfants nés après 2004
  • Instauration d’un système de décote/surcote

Contre réforme 4

en 2014

Pour les fonctionnaires

  1. Passage à 42 années de travail pour un taux plein pour les personnes nés entre 1961 et 1963
  2. Passage à 42 années de travail pour un taux plein pour les personnes nés après 1963